Rencontre avec: le Duo Féminin Claire Philouze / Léa Roussel

Avant le début des Championnats du Monde, nous sommes partis à la rencontre de l’Equipe de France de Gymnastique Acrobatique. Premier tête à tête: Léa Roussel et Claire Philouze, qui matcheront en Duo Féminin.


ts_frWpsn_13102729Depuis combien de temps vous entraînez-vous pour les Championnats du Monde de Levallois ?

Cela fait deux ans que nous nous préparons pour cette compétition et cinq ans que nous travaillons ensemble. Nous sommes très complices du coup. On se complète beaucoup, tant sur le plan physique que mental.

Parlez-nous de votre discipline.

La GAc est un sport qui ne restreint pas au niveau des gabarits. Tout le monde peut y trouver sa place. Selon les qualités de chacun, on peut créer un groupe. Les choix élargis de pyramides et de composition s’adaptent à toutes les morphologies, ce qui est l’un des points positifs de notre discipline.

Vous vous entraînez à Talence… Quelles sont vos conditions de travail ?

Claire Philouze : On s’entraîne 20 heures par semaine. J’ai des horaires aménagés avec mon lycée du coup on a pu augmenter nos fréquences d’entraînement.

Léa Roussel : Nos entraîneurs ne sont pas « professionnels » dans le sens où ils sont enseignants. On s’adapte à leurs horaires et on profite de leurs vacances pour s’entraîner plus.

Claire, vos parents sont vos entraîneurs. Comment gérez-vous cela ?

Quand les parents sont entraîneurs, il faut absolument faire la part des choses, sinon ça ne peut pas marcher. Mes parents étaient déjà entraîneurs quand j’ai commencé. Je les accompagnais au gymnase. De là, petit à petit, je suis entrée dans l’activité.

Avec quelles ambitions vous présentez-vous à Levallois ?

On veut aller le plus loin possible. La 1ère étape, c’est la finale, réussir notre mouvement. Si le mouvement est réussi, tout peut se passer.

ts_frPhR_11102635

Parlez-nous de vos programmes…

Notre Statique est un mouvement fort en caractère, avec une 2ème partie Tango. Les pyramides de cet exercice sont vraiment notre atout. En Dynamique, on vise un programme propre. Le Combiné est notre mouvement préféré, car c’est un mélange du Statique et du Dynamique.  Il y a beaucoup de choses qui se passent et ça va très vite.


Vous attendez-vous à la même effervescence, côté public, que celle que l’on a vécue la semaine dernière pendant les Compétitions Mondiales par Groupe d’Âge ?

On espère que l’ambiance sera la même. Quand on entre sur le praticable et qu’on entend le clan français, ça donne encore plus d’énergie et d’envie.

ts_frWpsn_13102611Vous avez participé à « Incroyable Talent » : qu’espériez-vous réussir via cette émission ?

On voulait toucher des millions de spectateurs, ça a été le cas et on a réussi à parler de notre discipline. On nous en parle encore aujourd’hui. Ce qui a été exceptionnel, c’est que toutes les catégories d’âges et sociales ont été touchées. On espère qu’après notre passage, les spectateurs ont voulu faire de la Gymnastique Acrobatique.

Une anecdote sur votre parcours ?

Nous sommes assez maladroites malheureusement et on a fait pas mal de bourdes en compétition. On a raté nos premiers Championnats d’Europe. Juniors. On n’a pas été en finale alors qu’on visait une médaille. Tout le monde se rappelle également de nos premières Coupes du Monde, qui étaient catastrophiques : on perdait tous nos moyens et nos exercices ne ressemblaient à rien, aucune pyramide ne passait. Enfin, lors de nos derniers Championnats d’Europe Seniors, je (Léa) réalise un saut de mains salto et sors du praticable. Un souvenir mémorable pour toute l’équipe !

L’œil des spécialistes

Les entrées et les sorties

L’entrée sur le praticable représente la première impression qu’ont les juges. Rentrer proprement, c’est donner une bonne image de nous. Par ailleurs, quand on regarde les autres groupes des pays concurrents, on arrive à savoir s’ils sont sûrs d’eux ou au contraire, s’ils doutent. Cela joue énormément dans le jugement, pour la note Artistique.

L’utilisation de ½ pointes

Léa utilise des ½ pointes de Gymnastique Rythmique lors des exercices. Une astuce pour mieux glisser en grand écart. « Sinon je reste debout ! »

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :